28/04/2007

Babord/Tribord

Je ne succombe pas à l'actualité, ou la mode, non. Mais le moment est très bien choisi, sans friser l'overdose.Les élections présidentielles semblent intéresser beaucoup de gens, moi y compris.

Des tractations avec le Centre pour obtenir quelques paquets de voix décisives au 2e tour; pas réellement avouées par la Droite ni la Gauche; mais au fond, désiré.

On peut appeler ça comme on veut; mais je trouve ça fascinant du point de vue diplomatique; comment obtenir ce que l'on aimerait sans vraiment le dire, sans trop montrer de compromis pour la frange dure de ses partisans.

En tout cas, on ne peut pas reprocher aux politiques ce que l'on ne fait déjà pas : de la politique.Un certain nombre de gens semblent voter pour leur cas propres (j'ai parfois entendu des aberrant "Je vote pour celui qui me fait baisser les impôts" par exemple), sans penser dans la globalité, sans bon sens, sans conscience. Pour moi, voter, ça n'est pas pour résoudre mes problèmes en particulier, mais résoudre les problèmes, et de la façon qui me semble donc la plus appropriée.
Voter pour la résolution de ses problèmes en particulier, c'est comme ces gens qui achètent un appartement avec difficulté ... mais qui ensuite se frottent les mains quand ils le revendent car le prix de l'immobilier a encore grimpé entre leur achat et la revente, et comme la demande est très forte. Autrement dit "Je me fais chier pour acheter mon appart', ensuite ça sera aux autres d'en baver pour faire de même", et ainsi de suite... Je trouve ça petit. Plus dans la mentalité que dans les faits. Aucune conscience.

On va me dire "Et toi, hein, tu ferais quoi ?" : j'aimerais ne pas perdre d'argent, et que les nouveaux acquéreurs soient des gens "bien". Je ne tiens pas à participer à cette hausse débile des prix. Je dois être un peu utopiste.
J'ai en horreur ces mentalités de gens aisés ou de classes moyennes qui n'ont pas à réellement à se plaindre de la vie qu'ils mènent, et qui s'imaginent faire de la politique à leurs heures perdues entre deux tasses de café au boulot avec les collègues. Chacun voit ses problèmes, chacun voit sa manière de les résoudre; mais "philosophie/politique de comptoir" n'a jamais vraiment résolu les problemes ;-)
Dans le principe, les politiques cherchent à imposer/apporter/suggérer des idées qui leur semblent bonnes pour une globalité de personnes. Pour imposer ces idées, il est parfois nécessaire de faire des compromis. Pour ce qui concerne les idées, bien sur, elles ne sont pas forcément bonnes, ou mauvaises (tout le monde ne voit leurs impacts de la même manière) mais en tout cas, elles sont envisagées !

05:22 Écrit par Eric dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Eclatement de la bulle immobilière en Europe Ne t'inquiète pas Eric, la tendance est entrain de s'inverser, en Espagne d'abord. La France suit de peu:

En savoir plus:
http://www.leap2020.eu/Eclatement-de-la-bulle-immobiliere-en-Europe-L-Espagne-en-tete,-suivi-de-la-France-et-du-Royaume-Uni-10-en-moyenne-pour_a591.html

C'est bien fait pour ces spéculateurs véreux.

Écrit par : Journal57 | 30/04/2007

>> Ah, c'est interessant :-)
D'un autre coté, il faut faire la part des choses, et les collegues dont je parles dans mon billet ne sont pas des spéculateurs à mes yeux; je dirais simplement qu'ils ne reflechissent pas de maniere globale.

Merci pour l'URL.

Écrit par : Eric | 02/05/2007

Les commentaires sont fermés.