26/01/2009

"Knowing me knowing you"

ABBA_-_Arrival

J'aimais cette époque, ABBA avec Arrival par exemple (la pochette) faisait penser au reve americain, avec l'hélicoptere.

Car au fond, bien que suedois, leur musique sonnait tres americaine, il faut bien le dire.

A cette époque, on pouvait rever des USA sans arriere pensée.

J'aimerais encore en rêver ainsi, et en pouvant se dire que l'environnement est préservé malgré tous les exces inhérents au reve américain.

Plus tard, c'est Frankie Goes To Hollywood qui m'aura fait rever aussi, avec leur flamboyance ... mais maintenant, c'est le vide. Ca fait pourtant du bien de rever un peu.

10:04 Écrit par Eric | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : reve |  Facebook |

07/02/2007

Frankie revient d'Hollywood

p05051h9hcuEn 1986-87, Frankie faisait un retour.

Un son plus rock, plus de guitares, et plus ... futuriste, oui. J'étais à l'affût, et pendant plusieurs mois mi-envouté mi déçu par leur nouvelle orientation (plus sérieuse à vrai dire).
Je voulais y croire, et enfin cette fois-ci avoir la chance de participer au rêve (ce que j'avais raté avec leurs premiers efforts) en direct et non apres-coup.
Je n'aime pas l'hystérie, ni meme l'euphorie collective, en fait, ca ne se commande pas. Tout simplement. En revanche, l'engouement, l'enthousiasme, partagés, oui. Ca n'est pas du tout comme aller faire les fous sur les Champs-Elysés quand la France gagne au foot.
Non. Là, dans le cas de Frankie, ca serait presque une religion dont le nombre de croyants nous rassure... et rassure les croyants...
Ce qui est un peu dangereux, finalement.
Mais aussi nécessaire pour alimenter le rêve, il faut etre réaliste (meme dans un reve comme celui-ci); un groupe cachetonnant dans une pauvre arriere salle devant quelques curieux se verra peut-etre s'envoler son enthousiasme à la longue.
Et plus concretement parlant, si on file une sono pourrie au groupe, le reve aura une tout autre allure !
D'ailleurs, le guitariste de Frankie poursuit ce genre de carriere tres discrete (cela dit, à priori, il s'en sort, et se démerde bien, ces chansons sont même tres bien).
Cet engouement commun, j'aime. Et il ne m'est maintenant plus nécessaire pour apprécier les artistes.
Pour en revenir à Frankie, celui de 1987, je n'ai fait qu'observer la fin du rêve. Mais ils m'ont quand même fait rêver. Et ça, ca n'a pas de prix.
p05052sc780

20:49 Écrit par Eric | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : reve |  Facebook |

31/08/2006

On replonge

Les reves éveillés, c'est comme certains lendemains de cuites : on n'est pas bien, on se dit qu'on ne recommencera pas... et puis ... on le refait encore une fois ...
Est-ce etre faible, ou "mauvais" que de rêver ? D'ete passioné, d'y mettre son coeur, sa foi ...

21:10 Écrit par Eric | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : reve |  Facebook |

15/08/2006

Jump into my life



Sans aucun rapport, j'ai mal dormi cette nuit, pleins de pensées m'envahissaient, entre 2 reves, et insomnie, vers 3h40 du matin, j'ai eu le privilège de "rêver une chanson", oui, je voyais une grande salle de concert style stade, et un homme (un ami à un copain à moi ...) chantait un morceau vaguement techno/disco mais avec une certaine classe. Je voyais défiler des tas de racks d'effets avec pleins de lumieres qui clignotaient (j'ai dû trop regarder le site sur l'équipement de David GILMOUR hier...), et les gens dansaient. J'ai chantonné sur mon dictaphone ce que j'avais entendu dans mon reve. Et j'ai bien fait de le faire à ce moment là, car à 8h30 je ne me le rappelais plus, au reveil.
La chanson ressemble à un mix entre Who do yo love now de Dannii MINOGUE et certains morceaux catchy et dignes de MADONNA.
En esperant que ca n'est pas une chanson connue, je vais travailler ça.
Le refrain était quelquechose comme "Jump into my life" (pas loin du Come into my life, de GALA ;-)

09:50 Écrit par Eric dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : reve |  Facebook |

07/08/2006

Reve du 6 au 7 aout 2006

Je passais qques jours (vavances ?) avec mes parents, dans un immeuble, genre hotel, de grand luxe.
Et nous occupions un étage complet, le hall était une salle immense et ronde genre Olympia, mais en plus grand, genre 500m2, avec la moquette rouge, les lumieres, et le superbe escalier en colimaçon au milieu. C'est bien simple, je trouvais ca tellement joli que j'étais parti chercher mon appareil photo.

Des gens passaient à cet étage, et je me promenais en robe de chambre et sabots suédois (!), mais je me sentais bien, pas du tout gêné par ma tenue face à ces gens qui passaient.

Je décidais donc de prendre l'ascenseur, des grands ascenseurs, aux portes en acier brillant tres futuriste. Il y avait tjs des gens là, à coté, mais peut-etre des agents de sécurité, là. Et Christine BRAVO (ne me demandez pas pourquoi elle !) prenait le premier ascenseur, et comme je n'aime pas le gachis, je montais avec elle. Mais, comme c'est une "people", elle ne peut pas se mélanger au "peuple", et donc, une sorte de porte en métal monta du sol entre elle et moi, pour nous séparer.

Plus tard, j'apprenais que l'un des garçons d'étage voulait faire exploser le batiment. Il me fallait faire vite, c.a.d. récuperer toutes mes affaires, et sauver les gens ... et m'habiller correctement.
Ca me laissait moins d'une heure pour faire tout ça. Toujours ce timing tres serré dans mes rêves, cette hantise de ne pas avoir le temps...

Le reste est hélas plus confus. On ne saura pas si j'ai sauvé tout le monde car je me suis reveillé à ce moment là ;-)
J'y retourne ce soir, mais pour y trouver qqchose d'un peu plus tendre et moins sordide.

18:24 Écrit par Eric dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : reve |  Facebook |